Films

The Fall

The Fall, de Tarsem Singh avec Lee Peace, Catinca Untaru.

 
 
Résumé (Allociné) :
Los Angeles, années 1920. Alexandra, cinq ans, est hospitalisée à la suite d’une chute. Elle se lie d’amitié avec Roy, cascadeur à Hollywood, lui aussi victime d’un accident. Le jeune homme se lance dans le récit d’une histoire épique avec le gouverneur Odieux et les 5 fantastiques déterminés à le combattre. Très vite, la frontière entre la réalité et ce monde éblouissant de magie et de mythes commence à disparaître quand la petite Alexandra réalise qu’il existe un véritable enjeu…

Alexandra
M O R P H I N 3

Mon avis :
Ce film est une perle.
Le scénario ne se contente pas de nous offrir une virée dans un monde onirique où la quête signifie plus que le but, mais un véritable chemin double, entre rêve et réalité, où la fantaisie suit en esclave l’esprit du conteur. Un parallèle douloureux entre deux mondes où tout est possible dans l’un et quasi inaccessible dans l’autre.

Lee Peace joue merveilleusement bien le rôle du cascadeur dont la carrière est compromise. Ce corps énergique désormais défaillant immobilisé dans un lit, tout comme ce coeur amoureux déchiré par la rupture… C’est ainsi que le héros nous est présenté : le corps et le coeur en convalescence, l’un sous les remèdes durs, l’autre sous les rêves d’une petite fille.
Cette enfant joue très bien bien que demander des émotions vives à cet âge réclame un don plus qu’un talent, dans l’ensemble elle est convaincante et son vocabulaire d’enfant permet un attachement presque immédiat.
“Je ne veux pas que tu moure…”

Pour le côté onirique, les décors sont à couper le souffle. Quasiment aucun tournage studios et pour cause : le réalisateur a tourné ce film pendant 4 ans, quatre années pour tourner dans plus de 20 pays différents !
Alors inutile de chercher la peinture ou l’élément de maquette : il s’agît de véritables décors offerts par les merveilles de la nature elle-même.

 
Et que dire des costumes… Magnifiques ! Réalisés par Eiko Ishioka, qui n’est autre que le costumier du Dracula de Coppola. On ne s’étonnera donc pas de voir des longueurs royales, des volants majestueux et des couleurs chaudes côtoyant sans mal les couleurs vives. Une effusion de beautés !

 

Mon coup de coeur du film, le personnage du Mystique. Quand l’horrible Gouverneur Odieux détruisit sa forêt, Mystique avala tous les oiseaux pour les garder sains et saufs dans son ventre… Juste quelques mots pour alimenter votre imagination et vous inviter chaudement à vous procurer ce film.

 

La bande son originale n’est pas sortie en CD. Toutefois, la musique d’intro n’est autre que la symphonie n°7 A Major opus 92 Allegretto de Beethoven. Les fans seront déçus, comme moi, mais cette symphonie étant plus ou moins reprise dans le film, c’est un peu comme Don Juan De Marco : on se contente d’une musique pour tout le film. Et quelque part… c’est pas plus mal.

Juste pour le clin d’oeil, voici un secret de tournage récupéré sur Allociné :
“The Fall et son making-of sont les seuls films produits par la société de production Googly Films. Cette dernière, créée uniquement pour la production de ce film, fait subtilement quelques apparitions dans l’intrigue sous la forme de mots que prononcent les personnages pour se donner du courage: “googly, googly”.”

Vous procurer le DVD : https://amzn.to/2IleSZf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *