BLOG Films

Rapa-Nui

Un film de Kevin Reynolds avec Jason Scott Lee, Esai Morales et Sandrine Holt.

 
 
Résumé Allociné :
Rapa Nui est le nom de l’île la plus isolée du Pacifique Sud, découverte en 1722 par un navigateur hollandais et qui a abrité l’une des cultures les plus avancées de notre Histoire. Ce dernier donna à sa trouvaille le nom d’Île de Pâques. Mais les indigènes lui préfèrent toujours celui de Rapa Nui.

Et résumé de wikipédia :
Mélodrame autour de l’affrontement de deux castes sur l’île de Pâques au xviie siècle, les « courtes oreilles » et les « longues oreilles ». Amis d’enfances, Make et Noro vont s’y disputer l’amour d’une femme, Ramana.

 
 

Rapa-Nui est un film de 1994. Je ne me souvenais pas qu’il datait autant, mais il n’a pas pris une ride. Intemporel, comme le mystère qu’il porte, celui de l’île de Pâques.
C’est une fiction, évidemment, une supposition, comment les clans se sont entre-tués, pourquoi cette île n’a pas d’arbres, que représentent ces Moaï, grandes statues élevées le regard face à la mer, etc.

Mais… il y a des incohérences avec ce qu’il reste de l’île aujourd’hui et c’est dommage, ça casse un peu la chose une fois le générique lancé. Mais comme c’est une fiction, on ne va pas se plaindre !

 


Rapa-Nui est aussi une histoire d’amour. Et oui ! Comme quoi, « île » n’y a pas que Pâques qui soit le nombril du monde, mais bien ce sentiment premier, égal à celui de… la haine. Car il s’agît aussi de ce sentiment…
Laissez-moi vous présenter les protagonistes :

 

 
Make, le rebelle d’un clan soumis
Noro, le gentil héritier du clan dominant.
Et Ramana, la belle qui refuse le rebelle et préfère l’héritier : elle a tout compris !

Pour sauver leur amour, prouver aux deux clans que l’un ne peut vivre sans l’autre, elle accepte d’être enfermée six mois dans une caverne sans lumière, sans pouvoir se lever. Encore une histoire de purification, de mise à l’épreuve, tandis que Noro et Make vont s’entraîner dur pour remporter la course de l’homme oiseau, un défit de haut niveau. Et le cadeau sera… Ramana ! J’en dis déjà trop donc je ne dis plus mot !

Quoi que… je dois ajouter qu’il y a un prêtre méchant et un chef fanatique. 

Mais parlons des décors ! Tourné sur l’île de Pâques, ce film est un voyage dépaysant sur un immense rocher dont le réalisateur nous offre des plans époustouflants. Que dire de l’océan, plusieurs fois cadré dans sa fureur, le ressac embrassant fougueusement de cruels récifs ! D’une beauté…

Les costumes sont très simplistes, même au niveau des bijoux, des ustensiles. Tout est focalisé sur la nature primitive de ce peuple qui n’a absolument rien découvert d’autre que le feu et l’art de tailler la pierre. 
 
Le jeu des acteurs est très bon, le doublage en français suffisant. 
Un film à voir et à revoir, pour le plaisir des yeux et fertiliser encore un peu plus notre imagination…
 
Bande-annonce en VO :

Vous procurer le DVD : https://amzn.to/2DN4cwV

Ecrire un commentaire