BLOG Poésie

Ô Silence !

Je suis Cyrano sur la branche d’amour
Déclamant les secrets des âmes qui,
Faute de ne pouvoir se faire la cour
S’offrent des sérénades dans la nuit.

Ainsi que Thisbé l’oreille contre le mur,
J’imagine la mienne contre ton coeur.
Passent à travers la nouvelle fissure
Les bribes étouffées de notre bonheur.

Ô Silence ! Toi qui sans cesse m’entrave.
Dis lui que mes paumes n’ont plus de lignes,
Qu’en les siennes elles s’enclavent
Retenant prisonniers nos Sept Cygnes.

Je suis Roxane courtisée par les sots
Quand j’attends ta verve terrible et superbe !
Certes, les visages sont bien beaux
Mais Dieu ! Quelle laideur devant ton verbe !

Là, une étoffe de toi en bandeau
Sur mes paupières noyées de tristesse,
Je suis Pyrame tenant le couteau
Dévasté par l’absence et la détresse.

Ô Silence ! Toi qui est père de Folie.
Ne laisses pas saigner les amants
Qui s’adorent et paient de leur vie,
De leur sang, l’or des jours mourants.

Ecrire un commentaire