Poésie Poésie déclamée

Ma brune

Rouge et flammes, ombres et duvets,
Là au coeur de sa note de bambou,
Ma brune à ses lèvres portait
Un verre d’Anjou. A genoux,

Face au bassin retenant l’eau de Jouvence
Je fermais les yeux sur la raison
– Coeur ouvert ! – Libérant mes sens
A vifs, brûlants sous la passion.

Elle, que j’ai dévoré de plaisir,
Des doigts, du corps, du regard !
Sans jamais éteindre son désir
Pour que me guide encore son phare.

Et revenir…

M’échouer sur ses tranchants écueils,
Marin fou de ses charmes enchanteurs,
Affamé du fruit salé gardé sous la feuille
De mon Eve marine, ma reine de saveur.

Elle a le goût subtil de ces rêves
Qui ne se réalisent qu’en dormant,
La plume toujours levée sur la trève
Où la paix ferait oublier le tourment.

Elle est plusieurs pays, mille langues,
Sa cuisse enfante tous les soupirs,
Sa bouche aspire l’être qui, exsangue,
Se rend, corps et souffle sans rien dire…

Ma si parfaite et mystérieuse brune
Tient entre ses hanches tout l’univers,
Et lorsque sous la caresse pointe la lune,
En silence, c’est contre moi qu’elle se serre.

Texte : “Ma brune” issu du recueil “Muselierre” Auteur : Lucy Dayrone Image : “Un bacio” d’Eva Antonini

2 thoughts on “Ma brune”

  1. Délicats et sensuels, tes mots nous emportent, et ta voix, aux suavités subtiles, les rend palpables… Magie du verbe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *